GIN CITADELLE

Ouvrir une bouteille de Gin Citadelle, c’est retrouver une part de la faste histoire qui lie la France et ce spiritueux. Une aventure forcément passionnante tout comme ce gin d’ailleurs.

Il était une fois, en 1775, le Roi Louis XVI octroyant à deux hommes, Carpeau et Stival, le droit d’ouvrir une distillerie de genièvre à la citadelle de Dunkerque. Cette distillerie Royale se compose alors de 12 alambics traditionnels à repasse en cuivre.
Paradoxe de l’époque, la production est le plus souvent exportée vers l’Angleterre par des ‘smoglers’ autrement dit des contrebandiers ; ces derniers bénéficiant du soutien du pouvoir royal français ! C’était la grande époque du gin français.
.
Plus de deux cents plus tard, en 1989, bien plus que redorer le blason du gin tricolore, Alexandre Gabriel, président des Cognacs Ferrand et grand amateur de gin, décide de lancer en production un gin artisanal, produit dans des conditions similaires à celle de l’époque de Marie-Antoinette.
.
Ce spiritueux, distillé à feu nu dans des petits alambics en cuivre, est le fruit de nombreuses recherches historiques dans les archives des Flandres et gustatives dans la distillerie à Cognac.
.
Pas moins de 19 botaniques apparaissent dans la recette de Gin Citadelle : Genièvre, Coriandre, Cardamome, Angélique, Cumin, Noix de muscade, Amandes, Graines de paradis, Réglisse, Cubèbe (poivre de Java), Sarriette, Cannelle, Anis étoilé, Cassia, Iris, Violette, Fenouil, zestes d’Orange et de Citron.
.
Et vous aurez tout seul fait le rapprochement entre le nom de ce gin et son hommage historique !

DÉGUSTATION.
La volonté au moment de la création du Gin Citadelle était d’avoir un spiritueux fin et élégant.
Au nez, cela se caractérise par des notes de fleurs de printemps, le tout accompagné par une trame d’agrumes et un peu d’anis étoilé à la fin. C’est frais au début, plus complexe dans un second temps.
.
En bouche, c’est un festival entre les épices et les fleurs mais le tout reste parfaitement équilibré. La finale prolonge le plaisir sur des nuances plus souples, plus douces et où le genièvre se fait légèrement plus présent.
.
Retrouver les saveurs des gins d’antan est une sensation toujours agréable. Moins frais que les productions modernistes, il est plus terrien, et chez extraterrien, on adore forcément.
.
Il est une parfaite première étape avant d’arriver sur Citadelle Réserve. Mais ça, c’est une autre histoire, à découvrir ici.
.
www.citadellegin.com
.
Remerciement spécial à Claire Bruère & Alexandre Gabriel pour nos discussions entre passionnés.

 

& pour rester dans l'esprit :

Discussion

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] la Charente avec Citadelle, Citadelle Réserve, G’Vine Nouaison & G’Vine Floraison, nous partons cette fois en […]

  2. […] Gin Boudier et du Saffron Gin), Alexandre Gabriel (Président de Cognac Ferrand, maison des gins Citadelle & Citadelle Réserve), et Xavier Padovani (ex-Brand Ambassador du gin Hendrick’s), ça […]

  3. […] et on se surprend à ne pas voir le niveau baisser ! Côté gin, je suis resté en France avec un Citadelle. Mais le Lucien Gaudin Cocktail peut typiquement s’adapter avec un grand nombre de gins. […]

Poster un commentaire

Si à 50 ans on n’a pas vécu un moment extraterrien, c’est qu’on a raté sa vie.
Pour toute information : cocorico(at)extraterrien.com
N’oubliez pas de consommer avec sagesse.
Delicious times improve our lives, happy the man who share them.
To get in touch : cocorico(at)extraterrien.com - Drink responsibly.
© extraterrien 2009 - 2017.