Whisky Live 2012

Whisky Live est un peu comme une faille temporelle. Une fois que vous y êtes, le temps s’arrête. Alors quand la thématique de cette année tourne autour du vintage, c’est un véritable voyage dans le temps qui commence.

Mon intitulé de l’événement comporte une erreur. Il faut en effet dire Whisky Live & Fine Spirits. Voici le recette que l’on nous avait concocté cette année :
– Posez une première couche de Fine Spirits, les spiritueux dans toute sa splendeur (Gin, Vodka, Rhum, Cognac, Armagnac, Saké, Mezcal et j’en passe !).
– Complétez par un corner nommé ‘Speakeasy‘ réunissant 4 célèbres bars.
– Picorez de petits stands sur les cocktails classiques de classiques (Dry Martini…).
– Déposez votre curiosité lors de différentes MasterClass
– Refermez avec l’étage supérieur entièrement consacré aux spiritueux à base de malt.

Et avec ce menu, nous ne sommes même pas rassasiés ! En fait, le plus difficile est de faire une sélection, forcément non exhaustive et un petit peu subjective.
Donc s’il fallait résumer les claques les plus importantes, je vous dirais dans le désordre :

– Les nombreux whiskies qui mixent de manière harmonieuse la rondeur et le fumé léger, comme Benromach.
– Le whisky japonais Hibiki, car je le trouve extrêmement élégant, mais non dénué de caractères.
– Les bientôt whiskies du Domaine des Hautes Glaces (encore eux). Appelez les New Organic Spirit, le temps que ces spiritueux vieillissent encore un peu et deviennent officiellement des whiskies.
– Le whisky Big Peat, pour son étiquette et son côté extrêmement tourbé.
– L’arrivée de plusieurs vodkas de grand caractère : la polonaise Vestal, l’autrichienne Wodka Wanessa (notamment celle à l’épeautre), la française Organic Wodka du Domaine des Hautes Glaces (encore eux) ou l’écossaise Chase qui a fait vieillir 6 mois son spiritueux dans des fûts de whisky de l’ile d’Islay.
– Un panorama de Xérès orchestré par Olivier Taqui, un véritable puis de science sur ce sujet.
– Les mezcals Del Maguey, ou Illegal, pour leurs expressions du terroir mexicain dans une configuration qui donne envie de crier Go Mezcal Go !
– Un rhum japonais, Okinawan Rum, si, si, c’est possible.
– Les rhums Plantation pour leur gamme très large permettant de trouver forcément son rhum pour son palais, son goût.
– Le stand Ardberg qui embaumait 5 mètres à la ronde la bonne odeur de tourbe.

Et les gins ?! Allez-vous me dire.
Et bien pas de nouveauté pour cette édition mais un plaisir toujours aussi grand de déguster et échanger autour d’un flacon de Monkey 47 ; de faire découvrir à quelques connaissances Williams Chase, un gin élaboré à base de pommes ; de tenir à nouveau dans ses mains le nouveau packaging de Plymouth ; d’avoir le sourire en voyant que la bouteille de Citadelle Réserve semble rencontrer son public et de terminer sa tournée avec un Dry Martini mixé avec du London N°3.

Whisky Live & Fine Spirits continue d’élargir son public et de le conquérir avec des produits de très grande qualité. Il est donc logique de féliciter La Maison du Whisky et LMDW Fine Spirits pour cette organisation.
Il est temps de faire un Retour vers le futur.

www.whisky.fr
www.finespirits.fr

& pour rester dans l'esprit :

Discussion

Pas de commentaire pour cet article.

Poster un commentaire

Si à 50 ans on n’a pas vécu un moment extraterrien, c’est qu’on a raté sa vie.
Pour toute information : cocorico(at)extraterrien.com
N’oubliez pas de consommer avec sagesse.
Delicious times improve our lives, happy the man who share them.
To get in touch : cocorico(at)extraterrien.com - Drink responsibly.
© extraterrien 2009 - 2017.