Baton Rouge Pigalle

L’information n’est pas passée inaperçue tellement cette ouverture était attendue. Joseph Biolatto & Julien Escot, ouvrant un comptoir dans le sud Pigalle, il y avait de quoi avoir la curiosité poussée à bloc.
Dans une ambiance vaudou Made In Louisiane, « Baton Rouge » , car tel est son nom, va-t-il devenir un pèlerinage ou une simple destination touristique ?

Le développement des bars à cocktails dans le Sud Pigalle ne date pas d’hier mais Baton Rouge a su trouver sa place sans être encerclé d’autres bars. Pratiquement en haut de la rue St-Georges une plaque indique l’endroit où s’arrêter.

Une fois à l’intérieur, le lieu n’est pas gigantesque, au contraire, il est chaleureux. Et même s’il y a des masques sensé effrayer les esprits ou les passants, les sourires bienveillants de Joseph et de son équipe rassurent tout de suite.
On est vraiment ici dans un bar à cocktail qui soigne ses hôtes. Le verre d’eau est toujours plein, les petites attentions sont palpables, et ça c’est vraiment agréable.

Vous allez me dire, le plus important reste la carte.
Il y en a forcément pour tous les goûts avec le bourbon et autres U.S. whiskies en filigrane.
Je vendrais illico ma Green Card, si j’en avais une, contre quelques verres du « Cocktail à la Louisiane ».
Ce cocktail bottle aged, qui patiente gentiment dans d’immenses dames-jeannes, est présenté comme une merveille d’équilibre et de délicatesse. « I am extraterrien, and I approuve this message ». Juste à tomber.

Le « Baron Samedi »  est une des exceptions, car élaboré sans whiskey. C’est un cocktail très poétique et un brin mystérieux qui révèle toutes ses subtilités une fois le verre posé. Car quand on vous raconte « Vêtu d’un châpeau haut de forme, d’un costume de soirée, de lunettes de soleil dont un verre est cassé, avec du coton dans les narines », on ne sait pas trop à quoi s’attendre à part que l’on va y trouver de l’Absinthe Pernod, du jus de citron vert frais, du sirop d’érable, de la liqueur de café et du Galliano ristretto.
Le résultat est des plus agréable et peut être parfait en début de soirée pour égayer les papilles.

Venir au Baton Rouge sans gouter le « Baton rouge » n’était pas concevable. Ce cocktail vint clôturer la soirée.
Cognac Courvoisier Exclusif, Guignolet Boudier, Vermouth Baton Rouge, Absinthe Pernod, Champagne Deutz brut, c’est un cocktail très name dropping !

Et la carte se conjugue aussi avec des couteaux. Oui, car pour les fourchettes, il faudra amener la vôtre si vous ne voulez pas manger avec les doigts. Ce qui serait dommage, tellement mordre à plein dents dans les Ribs est un régal.

Alors si vous passez dans le coin, et que comme moi, vous êtes fans de True Detective, apportez-leur une petite sculpture en bois. Elle s’intégrera parfaitement au lieu. Mais ne spoliez pas, avec cette ouverture, ils n’ont pas pu regarder la saison. Ils sont tout excusés !


62 rue Notre Dame de Lorette
Paris 9ème.

www.batonrouge.paris
Vous pouvez aussi les retrouver sur Facebook, Instagram et Twitter.

 

 

& pour rester dans l'esprit :

Discussion

Pas de commentaire pour cet article.

Poster un commentaire

Si à 50 ans on n’a pas vécu un moment extraterrien, c’est qu’on a raté sa vie.
Pour toute information : cocorico(at)extraterrien.com
N’oubliez pas de consommer avec sagesse.
Delicious times improve our lives, happy the man who share them.
To get in touch : cocorico(at)extraterrien.com - Drink responsibly.
© extraterrien 2009 - 2017.