Panorama Millésime 2010 @Millésima

Avant que la Fashion Week du vin ne commence, oh pardon la semaine des primeurs, Millésima organisait sa traditionnelle dégustation panorama du millésime ayant déjà 18 mois de barrique.

Cette année c’était donc au tour des 2010 de passer sur le grill. Alors par rapport à la découverte de l’année passée, serons-nous dans la continuité, dans l’évolution positive ou négative ?

Comme toujours, la dégustation est un grand et bon moment. Déjà le lieu, les chais de Millésima, sont toujours aussi impressionnants à voir. Et puis c’est aussi l’occasion de voir en vrai les gens avec qui on discute toute l’année sur Internet.

Côté vin, la liste des vins proposés est assez alléchante. Pratiquement tous les crus classés (à l’exception des premiers) étaient présents. Mon arrivée tardive ne m’a pas permis de tout déguster mais j’ai quand même eu l’occasion d’approfondir certaines appellations !

Depuis un an j’avais mis mes papilles en sommeil pour qu’elles se souviennent de mes dégustations en primeurs. Et quand je compare les nouvelles sensations ressenties lors de ce panorama avec mes souvenirs de l’an passé, il y a comme une dichotomie qui apparait.

Dans l’ensemble, je dois dire que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ces vins un an après. Il y a eu de nombreux vins qui m’on fait rappelé pourquoi j’aimais ce nectar.

Cependant si on commence par le Médoc, les Saint-Julien dégustés ne m’ont par exemple pas bluffés, globalement homogènes mais on n’est loin des étoiles dans les yeux. Du côté de Margaux, il y a de tout, du très agréable, élégant, ce que l’on attend d’un Margaux et d’autres qui sont secs, limites durs (mais bon, nous parlons de vins qui ne sont pas fait pour être dégustés si tôt). Pour les Pessac Léognan et les Saint-Émilion, on arrive à un niveau plutôt équilibré, de bonne facture même, on sent le plaisir que l’on aura dans quelques années.

Un point m’interloque : le ratio qualité/prix. Globalement, je trouve les 2010 un cran en dessous des 2009… pourtant les tarifs affichés, me semble-t-il, ne suivent pas cette tendance. De quoi s’interroger sur le modèle même des primeurs qui ressemble parfois à une partie de poker.

 

& pour rester dans l'esprit :

Discussion

Pas de commentaire pour cet article.

Poster un commentaire

Si à 50 ans on n’a pas vécu un moment extraterrien, c’est qu’on a raté sa vie.
Pour toute information : cocorico(at)extraterrien.com
N’oubliez pas de consommer avec sagesse.
Delicious times improve our lives, happy the man who share them.
To get in touch : cocorico(at)extraterrien.com - Drink responsibly.
© extraterrien 2009 - 2017.