Vinocamp @Cognac

Fin novembre, j’avais pris mon passeport pour le Vinocamp Cognac.
L’attente fut atténuée par les flacons ouverts en fin d’année mais maintenant nous y sommes, le soleil n’est pas encore levé mais les jolies courbes du territoire cognaçais se dessinent déjà.
Here comes the flood ; Bienvenue sur la planète Vinocamp.

Pour cette dixième édition, l’événement pose ses valises pour la première fois en terre spiritueuse. Le BNIC voit débarquer de toute la France des gens, bouteilles de vin à la main pour certains, iPad/appareils photos pour d’autres. 2 jours pour échanger, s’enrichir, déguster et découvrir des profils, des expériences, des visions parfois différentes et où tout ce petit monde (150 personnes) a forcément quelque chose à dire.

Sachant que le Vinocamp fait fi de cette dichotomie Détente/Travail. Les 2 points se mélangent dans des sujets très variés : Quelle communication pour quelle mode de consommation ?, e-commerce et impact des réseaux sociaux, stratégie multicanal, Hip-Hop ♥ cognac, Cognac, une destination oenotouristique ?, réseaux sociaux et Asie, le cognac et les jeunes en France, oenotourisme et cartographie, Loi Evin et Médias sociaux…

Chaque sujet se déroule sous la forme de tables rondes… mais sans table ; uniquement de quoi s’asseoir et encore ! Même ceux qui perdent au jeu de la chaise musicale peuvent s’installer par terre. Tout le monde est le bienvenue ; le bienvenue surtout à participer.

Ce que j’apprécie pendant ces échanges est le fait de ne pas tomber dans des discours Geek-o-Geek. Le pragmatisme revient toujours très rapidement. La présence active des vignerons y est pour beaucoup. Et c’est aussi pour ça que les Vinocamps remportent ce succès.

Une fois les tables rondes terminées, on passe à la dégustation… pour prolonger les sujets traités précédemment. Le cognac forcément à l’honneur s’est révélé à de nombreux vinocampeurs. Sec dans des verres adaptés ou en cocktails (Cognac Summit, Side Car, Cognac Fizz…), le cognac a fait des émules ! Les vignerons ont également apporté leurs cuvées pour le traditionnel ‘Live Tasting‘.

Mais un bon Vinocampeur a besoin de s’aérer la tête, il ne peut pas rester enfermée trop longtemps. C’est pour cela que des visites sont toujours organisées. Cognac Meukow a ouvert le bal le samedi soir (pour une soirée mémorable), complété par le Domaine Boinaud (Cognac De Luze) le dimanche.

Le premier, implanté au cœur de Cognac, a développé un parcours au sein de son chai permettant de s’immerger dans l’histoire de cette maison créée en 1862. La Panthère noire, emblème de la marque, évoque la puissance, la souplesse, l’élégance et la sensualité des cognacs de la marque ; chose que je peux vous confirmer !
Et y croiser un très vieux cognac de 1893 conservé en dame-jeanne laisse rêveur sur la complexité de ce dernier.
Pour définitivement enterrer cette image poussiéreuse du papy sirotant son cognac au coin du feu, Meukow nous a sorti une démonstration de flair qui a fait monter les décibels dans l’assemblée !

Autre esprit, autre lieu, avec le Domaine Boinaud, une exploitation aux mains de la 24ème génération, possédant 410 ha de vignes, 3 machines à vendanger, une tonnellerie intégrée, des chais pouvant accueillir 18000 barriques, une trentaine d’alambics en activité, autant de données rationnelles qui donnent un résultat procurant des émotions réelles.
Mais quand on a comme devise : ‘Le cognac n’est pas un poison, Buvez en donc avec raison, C’est un élixir au contraire, Et vous deviendrez centenaire‘, on se dit que l’on est entre de bonnes mains !

Là aussi, le cognac se montre moderne avec un cocktail vieilli 6 mois en fût de 15 litres :
(il faudrait que je demande les proportions exactes quand même !)

– Cognac De Luze XO
– Angostura bitter
– Sirop de sucre
– compléter avec du Schweppes.

Dans une ambiance un peu ‘Colonie de Vacances‘, le dimanche après-midi se termine, il y a des trains à prendre ou de la route pour d’autres, il faut y aller. C’est dommage on venait juste de commencer, ah non pardon ça fait déjà 2 jours. C’est pas grave on continuera sur les médias sociaux et surtout autour de quelques flacons !

J’aime le Gin, J’aime le Vin, J’aime Twitter et maintenant je peux aussi dire J’aime le Cognac !
Merci @Vinocamp (à ses organisateurs Anne-Victoire & Grégoire, au BNIC, et à ses partenaires) pour cette bulle qui n’est pas prête d’exploser.

& pour rester dans l'esprit :

Discussion

3 réponses sur “Vinocamp @Cognac”

  1. Merci pour cet article très complet, à bientôt !

    Posté par vicky wine | 3 mars 2013, 12 h 55 min

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] Chaque sujet se déroule sous la forme de tables rondes… mais sans table ; uniquement de quoi s’asseoir et encore ! Même ceux qui perdent au jeu de la chaise musicale peuvent s’installer par terre. Tout le monde est le bienvenue ; le bienvenue surtout à participer. » Extraterrien […]

Poster un commentaire

Si à 50 ans on n’a pas vécu un moment extraterrien, c’est qu’on a raté sa vie.
Pour toute information : cocorico(at)extraterrien.com
N’oubliez pas de consommer avec sagesse.
Delicious times improve our lives, happy the man who share them.
To get in touch : cocorico(at)extraterrien.com - Drink responsibly.
© extraterrien 2009 - 2017.