The Wink

Il y a quelques semaines est sorti Drinks, le cocktail Book de Tony Conigliaro. Immédiatement devenu un incontournable de nos étagères, il a donc naturellement atterri chez extraterrien. Et parmi les premières réalisations, The Wink a remporté la mise.

Un avant propos est nécessaire pour présenter rapidement Tony Conigliaro. Ce grand monsieur du cocktail moderne officie au 69 Colebrook Row à Londres mais également au Coq à Paris avec Thierry Daniel et Éric Fossard, notamment les organisateurs de Cocktails Spirits (on vous reparle du bar très bientôt). Je vous recommande d’ailleurs l’interview qu’il donne dans l’avant dernier numéro de Whisky & Fine Spirits Magazine. Sa vision du cocktail est très proche de celle d’un restaurateur. Il cherche sans arrêt de nouvelles combinaisons et si une formule ne fonctionne pas c’est qu’il faut composer différemment.

Dans son ouvrage, et au delà des recettes de cocktails, il nous livre également des méthodes d’élaboration et de conservation des ingrédients. C’est très technique mais réellement passionnant.

Mais revenons à notre cocktail The Wink.
L’histoire veut que le nom du cocktail vienne d’un « jeu » entre Tony & ses amis. Ces derniers faisaient des clins d’oeil (Wink en anglais) pour commander leurs cocktails !

The Wink
– 4 cl. de Gin
– 1 cl. de Triple Sec
– 1,5 cl. de sirop de Sucre
– 2 dashes de Peychaud’s Bitter
– 1,5 cl. d’Absinthe
– 1 zeste d’Orange

Shakez les 4 premiers ingrédients avec de la glace. Versez l’ensemble dans un verre où préalablement les glaçons auront été rincés avec l’absinthe. Finissez en pinçant un zeste d’Orange au dessus du verre, mais sans le plonger ensuite dans le verre.

Pour le gin, j’ai opté pour un N°3 London Dry Gin qui, avec ses 6 botaniques, propose une structure très fraiche. Pour le triple sec, c’est la version vue par Sipeasy qui a guidé mon choix. Il est en effet bien équilibré et je ne peux que vous le conseillez !

Résultat, c’est encore la démonstration de la complémentarité des ingrédients. Les notes orangées sont judicieusement servies par le gin et le Peychaud. L’absinthe quant à elle, apparaît subtilement en fin de bouche pour redonner du peps à l’ensemble.

Pour la musique, il me fallait quelque chose d’anglais, une pop bien sentie. Et quoi de mieux que le dernier album de David Bowie pour se synchroniser avec mon cocktail The Wink ? Avec le titre The Stars (Are Out Tonight), je pense que nous sommes dans le vrai !

 

& pour rester dans l'esprit :

Discussion

Pas de commentaire pour cet article.

Poster un commentaire

Si à 50 ans on n’a pas vécu un moment extraterrien, c’est qu’on a raté sa vie.
Pour toute information : cocorico(at)extraterrien.com
N’oubliez pas de consommer avec sagesse.
Delicious times improve our lives, happy the man who share them.
To get in touch : cocorico(at)extraterrien.com - Drink responsibly.
© extraterrien 2009 - 2017.