Suze Bitters

A l’évocation du mot Suze, c’est un flagrant goût amer qui traverse l’esprit ; et pas forcément une image très moderne, malgré les déclinaisons récentes.
Alors quand la marque décide de travailler avec 3 bartenders, dont extraterrien est grand fan, pour créer une gamme de 3 bitters, forcément ça déménage les papilles.

Le bitter est un peu la cerise sur le gâteau de beaucoup de cocktails. Cela rehausse la personnalité du drink, en révélant toutes les subtilités des ingrédients. Et depuis quelques années, le bitter est redevenu un indispensable du bar.

Angostura ou Peychaud’s, les classiques des classiques, se voient déborder de toutes parts avec des saveurs parfois un peu abracadabrantesques.

Pour Suze, la volonté n’a pas été de créer un énième bitter, mais au contraire de s’inspirer des classiques pour les sublimer et offrir aux bartenders une nouvelle façon de travailler leurs cocktails… le tout dans une ambiance 100% Made in France.

Fernando Castellon, Joseph Biolatto et Julien Escot ont ainsi apporté leurs expertises pour élaborer 3 délicieuses créations.

Il paraît que ce fut une expérience extrêmement riche, même pour nos 3 bartenders, car ils ont pu s’appuyer sur le savoir-faire centenaire de la marque en matière d’assemblage, mais également sur des ingrédients digne de la parfumerie.

 

Chacun a choisi le bitter « classique » qu’il souhaitait amener un étage plus haut : Aromatic Bitters pour Fernando, Orange Bitters pour Joseph et Red Aromatic (équivalent d’un Peychaud’s) pour Julien.

Sur une base de Suze, c’est à dire, à base de gentiane, que nos 3 bartenders ont créé des concoctions d’une rare qualité. C’est simple, avant on mettait un trait, à présent 2 gouttes suffisent.

Faire une comparaison sur des sucres et une révélation tellement l’explosion de saveurs est intense en bouche avec la gamme Suze Bitters.

Personnellement j’ai réalisé un vieux carré en utilisant 2 de ces bitters avec un cognac 1840 de chez Pierre Ferrand, un whisky Nikka From The Barrel, de la Bénédictine et un vermouth rouge allemand de chez Belsazar. Tout simplement sublime.

Les cocktails « signature » sont également de toute beauté, mais ça il faudra attendre un peu pour les découvrir !

 

 

& pour rester dans l'esprit :

Discussion

Pas de commentaire pour cet article.

Poster un commentaire

Si à 50 ans on n’a pas vécu un moment extraterrien, c’est qu’on a raté sa vie.
Pour toute information : cocorico(at)extraterrien.com
N’oubliez pas de consommer avec sagesse.
Delicious times improve our lives, happy the man who share them.
To get in touch : cocorico(at)extraterrien.com - Drink responsibly.
© extraterrien 2009 - 2017.